Post - Scriptum

Mes deux peintres favoris se sont exprimés sans se concerter au sujet de John Cage tant ce dernier leur a donné de la légitimité pour créer librement. En 1966 Nicolas de Staël se confie ainsi : « Est-ce qu'un tableau peut être taches et rien d'autre ? Je n'en sais rien. Toute vie est cruelle parce que l'on est jamais assez sensible. Cage est souffle. Nos frères à jamais, croyez-moi ». 40 ans plus tard, en 2006, Gerhard Richter termine les 6 tableaux de la série Cage et avoue faire sienne la célèbre devise de John Cage : « Je n'ai rien à dire et je le dis ». Si j'ose paraphraser mes deux icônes, je n'ai rien à dire sinon un timide Post-scriptum :

My two favorite painters made each a statement about John Cage. The latter brought legitimity to their creativity. In 1966 Nicolas de Staël declared : « Can a painting be stained and nothing else? I do not know. All life is cruel because one is never sensitive enough. Cage is breath. Our brothers forever, believe me ». 40 years later, in 2006, Gerhard Richter completed the Cage series consisting of 6 artworks. He admitted making his own the famous John Cage's formula : « I have nothing to say, and I am saying it ».

If I may paraphrase these two icones, I have nothing to say but a shy Post-scriptum :

                                Jerome Perez